Review | Spellhacker, M.K. England

  • TWs & CWs: sickness/virus, mention of death of parents.
  • Reps: Queer (primarily sapphic) MC, non-binary love interest, bi secondary character, widowed lesbian bakery owner, elderly science husbands. (via the author’s FAQ).
  • VF: //
  • Niveau VO: Facile.

Note : 3.5 sur 5.

In Kyrkarta, magic—known as maz—was once a freely available natural resource. Then an earthquake released a magical plague, killing thousands and opening the door for a greedy corporation to make maz a commodity that’s tightly controlled—and, of course, outrageously expensive.

Which is why Diz and her three best friends run a highly lucrative, highly illegal maz siphoning gig on the side. Their next job is supposed to be their last heist ever.

But when their plan turns up a powerful new strain of maz that (literally) blows up in their faces, they’re driven to unravel a conspiracy at the very center of the spellplague—and possibly save the world.
(via Goodreads)

A Kyrkarta, la magie – aussi connue sous le nom de maz – était autrefois une ressource naturelle accessible à tous. Mais un tremblement de terre a entrainé un virus magique, tuant des milliers de personnes et ouvrant la porte à une entreprise radine qui a maintenant le contrôle sur le maz et son utilisation – ce qui la rend extrêmement chère.

C’est la raison pour laquelle Diz et ses trois meilleurs amis tiennent un réseaux très lucratif, et très illégal, de trafic de maz à côté de leurs études. Leur prochaine pige est supposée être la dernière.

Mais quand leur plan révèle l’existence d’une puissante nouvelle forme de maz qui va (littéralement) leur exploser à la figure, ils se retrouvent coincés au beau milieu d’une conspiration – qui pourrait expliquer le virus magique – et possiblement sauver le monde.
(traduction personnelle)

Review

Spoiler free

After reading The Disasters by the same author, I really wanted to discover her other work. And when I heard about Spellhacker, I thought « damn, magic? LGBTQIA+ cast? Sassy main character? Y e s please! ». And in this matter, every promise was kept. This novel is a stack of everything fantasy has to offer, with diversity and interesting plot twists.

I think Characters building is something M.K.England is very good at. Because it takes a few pages to fall in love with them, get attached to their interesting personalities and great selves. You are introduced to a bunch of very different people, with strong wills and… They feel so real. If you can see what I mean. Real in a way they aren’t always nice and sweet and perfect, but they have flaws, they curse, they make mistakes. It’s good to read about people that, in their way to be, could be you. Perfects in their imperfections, flawless with everything that’s wrong with them, and funny – so funny. And also, the representations you guys. To start with, yes to a non-binary love interest in a fantasy story! Y E S. And the good thing about it? The author knows what they are doing, it’s not clumsy, it’s not offensive. It is just a cute and friends-to-lovers-but-not-really situation and it was perfect.

The whole story was so much fun, but with a deep and tragic background to the plot. Because there is a plague, and some big enterprise is taking it as an excuse to do capitalist sh*ts. So, yeah, a bit triggering if you are sensitive to the whole current situation we’re in, but not too much. There isn’t anything graphic about the death, or anything detailed, or anything that could make you close the book because you don’t want to live this – again. Anyway, world-building. This is where I was before starting to ramble about the plague, sorry about that. It’s an amazing magic system we’ve got there. With a kind of magic some people can use from birth, others can use gadgets to manipulate, and some simply can’t work with it. Like our main character. There is also a big futuristic vibe to the story, with a lot of techs and everything. That is the reason I had to check twice before introducing this as fantasy. Which it is. And it’s very great.

The only thing that disappointed me was the big plot twist of the story. I could, unfortunately, feel it coming from the start. And then the author made me believe I was wrong, but it didn’t do because… I was right. And it really annoyed me, because I wanted to be impressed, I wanted something to strike me like the biggest wave ever and… I didn’t get it. So it’s more about frustration than disappointment. Because the whole story is so packed with action and obstacles every two pages, so dynamic to finally be so predictable at the end.

But the end itself didn’t disappoint me. I am actually pleased with how the story turned out about the evolution of the characters and where they are at the end. Compared to The Disasters, I didn’t want more when done with the book, it didn’t feel like something was missing like the plots didn’t end. Everything falls into places at the conclusion of the story and it’s kind of an open, but not really, which is very great for a fantasy standalone.

To conclude, Spellhacker is a very interesting fantasy novel, with a great cast of diverse characters. If you are looking for sassy people to fall in love with and a great music system, go give this book a go because it’s worth the shot!

Après avoir lu The Disasters par la même autrice, j’avais très hâte de retrouver sa plume dans une autre histoire. Evidemment quand j’ai appris que c’est de la fantasy, avec de la technologie, des personnages LGBTQIA+ et un cast de POC au caractère bien trempé, je me suis jetée dessus. Et dans ce sens, ce roman tient toutes ses promesses, et plus encore.

Je pense que cette autrice est vraiment géniale en ce qui concerne la création de personnages. Il ne vous faut que quelques pages pour en tomber amoureux.se.s, elleux et leurs superbes personnalités et incroyables dialogues. On vous met face à des personnages d’horizons bien différents, aux caractères qui clash et aux répliques bien trempées. Et ils ont l’air si… Réels. Si vous voyez ce que je veux dire. Réel parce qu’iels ne sont pas toujours super gentil.le.s avec tout le monde, iels ne sont pas super extra chou tout le temps, iels ont leur défauts. Et ça fait du bien de lire des personnages comme ça, des personnages qui pourraient très bien être vous. Parfaits dans leurs imperfections, géniaux parce qu’ils ont énormément de défauts, et iels sont si drôles. Et aussi, les gars, les représentations. Pour commencer, oui. OUI. Il y a un personnage non-binaire et iel est lea love interest de la protagoniste. Et c’est génial. Parce que l’autrice sait ce qu’elle fait, ce n’est pas maladroit, ce n’est pas offensif. J’ai juste mignon a souhait, parce que ça part d’une amitié pour devenir quelque de plus mais en même temps pas vraiment.

Tout l’histoire était vraiment super fun, mais avec un fond quand même super profond et sombre. Parce que ça parle d’une épidémie, et qu’une giga entreprise en profite pour capitaliser dessus. Alors, oui, ça peut peut-être déranger certain.e.s d’entre vous si vous êtes sensibles à la situation actuelle, faites attention si jamais vous pensez ne pas pouvoir supporter ce sujet. Après il n’y a rien de très détaillé, de morbide ou quoi que ce soit. Donc oui, pardon, la construction de l’univers. J’en étais là avant de diverger vers le virus – désolée pour ça. Le système de magie dans cette histoire est incroyable, et super intéressant. Il y a une magie que certaines personnes peuvent manipuler naturellement, pour laquelle d’autres ont besoin de gadgets, et il y a même des gens qui ne peuvent rien en faire du tout. Comme notre protagoniste. Il y a aussi une grosse dimension futuriste dans cette histoire, car il y a pas mal de technologie. Si bien que j’ai dû vérifier que ce n’était pas de la science-fiction avant de vous le présenter comme étant de la fantasy. Et je trouve ça vraiment top.

La seule chose: le gros plot twist the l’histoire. Je l’ai senti venir depuis le début. Après, l’autrice a réussi à me dissuader, me faire croire que je n’avais pas raison. Alors qu’au final, c’est exactement ce qu’il s’est passé. Et ça m’a rendue super triste, puis ça m’a mise en colère. Parce que je voulais être surprise, je voulais être impressionnée, je voulais que quelque chose me frappe comme la plus violente des vagues et… Je ne l’ai pas eu. Alors c’est plus de la frustration que de la déception, je pense. Parce que toute l’histoire est tellement bourrée d’actions et d’obstacles toutes les trois pages. Tout ça pour s’essouffler vers la fin. C’est dommage.

La fin en elle-même ne m’a pas déçue, pas du tout même. Je suis même super heureuse de cette conclusion, et de l’évolution des personnages et de où et comment iels sont à la fin. Au contraire de The Disasters, je n’ai pas été déçue que ce soit un one-shot, parce que tout tombe à sa place, et toutes les arches ont une conclusion. La fin est ouverte mais en même temps pas vraiment, ce que je trouve super pour un tome unique.

En conclusion, Spellhacker est une approche très intéressante de la fantasy futuriste. Si vous cherchez des personnages diversifiés, arrogants, imparfaits et terriblement attachants, en plus d’un système de magie dingue et d’une écriture addictive, ce bouquin est fait pour vous!

Discussion

  • Have you read this book?
  • Do you have any great futurist fantasy to recommend?

If you liked it, you might like:

You can support and find me here:

Or, you can also buy me a coffee (here) to help me read and write and translate my articles a l l n i g h t l o n g ! Thank you all for your support, lot’s of love and good reads to you all!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s