Review | The Priory of the Orange Tree, Samantha Shannon

VF par les éditions de Saxus
  • Reps: wlw main couple, mlm side couple. Queer and POC character cast, but specificities aren’t mentioned.
  • TWs & CWs: death, poison, murder, torture and mention of torture. Mention of death of a loved one. Grief.
  • VF: « Le Prieuré de l’Oranger » chez De Saxus
  • Niveau VO: Intermédiaire – Difficile.

Note : 5 sur 5.

A world divided. A queendom without an heir. An ancient enemy awakens.

The House of Berethnet has ruled Inys for a thousand years. Still unwed, Queen Sabran the Ninth must conceive a daughter to protect her realm from destruction – but assassins are getting closer to her door.

Ead Duryan is an outsider at court. Though she has risen to the position of lady-in-waiting, she is loyal to a hidden society of mages. Ead keeps a watchful eye on Sabran, secretly protecting her with forbidden magic.

Across the dark sea, Tané has trained to be a dragonrider since she was a child, but is forced to make a choice that could see her life unravel.

Meanwhile, the divided East and West refuse to parley, and forces of chaos are rising from their sleep.
(via Goodreads and Bloomsbury)

Un monde divisé.
Un reinaume sans héritière.
Un ancien ennemi s’éveille.

La maison Berethnet règne sur l’Inys depuis près de mille ans. La reine Sabran IX qui rechigne à se marier doit absolument donner naissance à une héritière pour protéger son reinaume de la destruction, mais des assassins se rapprochent d’elle…
Ead Duryan est une marginale à la cour. Servante de la reine en apparence, elle appartient à une société secrète de mages. Sa mission est de protéger Sabran à tout prix, même si l’usage d’une magie interdite s’impose pour cela.
De l’autre côté de l’Abysse, Tané s’est entraînée toute sa vie pour devenir une dragonnière et chevaucher les plus impressionnantes créatures que le monde ait connues. Elle va cependant devoir faire un choix qui pourrait bouleverser son existence.
Pendant que l’Est et l’Ouest continuent de se diviser un peu plus chaque jour, les sombres forces du chaos s’éveillent d’un long sommeil… Bientôt, l’humanité devra s’unir si elle veut survivre à la plus grande des menaces.
(via Goodreads & De Saxus)

Review

Spoiler free

What a ride. One hell of a beautiful and 900-or-something pages long ride.
I think I won’t have enough words to express everything I felt and feel at the moment about this story and its characters. I am not even sure my thoughts are organized enough to write it all down but damn, I am so going to try.

Fort a start, there is a Queendom. A q u e e d o m for fork’s sake. Yes, I am staying very polite here, because if I wasn’t, this place would be an internet-swearing-jar. And after this book, I would be very, very, poor. Now that we’re talking about the queendom, we should as well talk about the queen, right? Queen Sabran, beautiful, fierce, strong-hearted Sabran the Ninth. At first, she is a character I didn’t get, at all. I couldn’t understand her thoughts, her way of doing things, how she worked. But of course, as the story goes, you learn what is happening in her head and life and why she seems so cold. And you start you love her as much as you are able to.

Wow, if I have to write a paragraph this long for each character, it will take you days to read my article, and that’s not the goal. So let’s keep things as simple as possible, but as complete as I want it to be. For a global view on the characters, the amazing thing is the fact they are all driven by different things, but each of those things is so wholesome and important. One is driven by belief, love, another one by duty, another one by power or even by a never-ending loyalty.

In darkness, we are naked. Our truest selves. Night is when fear comes to us at its fullest, when we have no way to fight it.

Now talking about the subject I’ve been wanting to talk about ever since I started thinking about writing this review. Meaning, the powerful feminist, racial diversity and LGBTQIA+ friendly side of this story. The main reason it has one? Never. Ever. Does this story deal with genders identities or sexual orientation, or the place of women in society? Because there is no need to. Because the knights are men and women. The rulers are kings and queens and emperors and empresses. Sexuality is not an issue either, for people fall in love with people and not genders. And. This. Is the kind of story I want to read. But it goes beyond that, it shook my own convictions. Not in the way I wouldn’t imagine women in such powerful positions. But because it made me realized how used we are of not to see women in those powerful positions. Like, I am a bit ashamed to tell you but some times, I was surprised (in the best of ways) to read some characters are women. It shook me to the core and I think I won’t ever see fantasy the same way ever again. Won’t read it the same way ever again.

Under the cracked open sky, the descendant of riders bowed to her, lower than he ever had.

There is no concrete villain in this story – except the big bad dark force that we don’t see often – my point is: no character is fundamentally bad. It’s just very different people with very different beliefs and points of view. They can be villains for each other, but not for the reader, and I honestly find it amazing. Because it’s the most real and true thing ever: people are all the same if it wasn’t for religion or power or money, and if we truly wanted it, we could work together for a greater good. It stunned me. I swear, I am in A W E. I can’t even tell you who my favourite character is, but I might say Niclays Roos. Because this guy – This guy deserved so much better. And yes. It is also because he does everything he does by love, and this I can perfectly understand. And like every other character, he never gives up on who he is. Sabran neither. Eadaz neither. Tané neither. Loth neither. They stay true to themselves, even if the story changes them like stories do.

Wow. I think I am going to finish this review on that because it’s a very long one and I still have to translate it – welp. The Priory of the Orange Tree is a book you grief like a very wonderful love story, that ended just well. Because you know you are going to miss it like hell, but you also know it had to end. And it’s great, really, I didn’t spend the whole night weeping in bed. At all.

You'll like this book if you're into high fantasy, touch of romance but not too much, feminist, BIPOC and LGBT friendly stories and dragons.

Quelle merveille. Une merveille d’environ 900 pages, dense et pleine d’action.
Je pense que je ne vais pas trouver mes mots pour décrire tout ce que j’ai ressenti et ressent présentement pour cette histoire et ses personnages. Je ne suis même pas sûre que mes pensées soient assez organisées pour arriver à former quelque chose de cohérent. Mais je vais essayer.

Déjà, pour commencer, il y a un reinaume. Un r e i n a u m e, punaise de mince! Oui, j’essaye de rester polie par ici, sinon ce blog serait la boite à gros mot d’internet. Et je finirais bien pauvre après un livre comme celui-ci. Puisque nous parlons du reinaume, autant parler de sa reine, n’est-ce pas? Reine Sabran, neuvième du nom. Une reine courageuse, forte, au coeur bien accroché et… en apparence très froide. Au début, je n’arrivais pas à saisir ce personnage. Je n’arrivais pas à comprendre ce qu’il pouvait se passer dans sa tête, ce qui motivait ses décisions, ou même sa psychologie. Je me suis même retrouvée à ne pas l’apprécier. Mais plus l’histoire avance et plus vous vous rendez-compte que c’est exactement ce que l’autrice cherche à faire. Tous et toutes les monarques se doivent de porter un masque, en permanence, un masque qui les transforme plus en statue gouvernementale qu’en êtres humains. Et ce masque, dans le privé, tombe. C’est ce qu’il se passe avec Sabran, au premier abord, vous n’allez pas l’apprécier autant qu’à la fin, parce qu’il vous aura fallu connaître sa véritable nature pour tomber amoureuse du personnage.

Wow. Si je dois écrire un paragraphe comme ça pour chaque personnage – en sachant que Sabran n’est même pas une protagoniste à proprement parler de cette histoire (protagoniste = personnage qui dirige l’intrigue. Pour les chapitres avec Sabran, la protagoniste serait plus Ead). Alors je vais essayer de garder les choses aussi simples et complètes que possible. Déjà, quelque chose de dingue, les personnages sont tous dirigés par quelque chose de différent, et de profondément touchant. Pour l’un, c’est l’amour, pour l’autre c’est les croyances, nous avons un personnage motivé par une sorte de pouvoir, puis un autre par loyauté ou encore par devoir.

Maintenant parlons de quelque chose dont j’avais envie d’aborder depuis que je pense à écrire cette chronique. Je veux bien sûr parler de l’aspect très féministe, diversifié d’un point de vue ethnique et racial, et LGBTQIA+ friendly de ce bouquin. La raison principale pour laquelle il a ces aspects-là? L’histoire n’aborde jamais. Jamais. Les identités de genre ou encore les orientations sexuelles de ses personnages. Pas même la place des femmes dans la société. Parce qu’il n’y a pas besoin de le faire. Les chevaliers sont aussi des chevalières, les enchanteurs sont aussi des enchanteresses, les rois sont aussi des reines et les empereurs, des impératrices. Pareil pour les sexualités des personnages, parce qu’iels tombent amoureux-ses d’autres personnes et pas de genres. Et ça. Voilà, ça. C’est le genre d’histoire que j’ai envie de lire. Et ça va plus loin que ça, parce que ce roman a retourné jusqu’à mes convictions, et je me considérais comme déconstruite avant ça. Ce qui m’a remuée n’est pas le fait que des femmes sont mises à des positions de pouvoir. Mais parce que ça m’a montré à quel point nous sommes habitué.e.s à ne pas voir des femmes dans ce genre de position (en fantasy, et en général). Ce que je veux dire, même si ça me fait un peu honte de l’admettre, c’est que j’ai été surprise, parfois, de lire qu’un tel personnage ou un autre est en fait une femme. Et ça, je peux vous le promettre, m’a secouée comme jamais. Jusqu’à la moelle. Et à présent, il est évident que je ne lirais jamais plus la fantasy de la même manière. Jamais.

Il n’y a pas de réel méchant dans cette histoire, en dehors de la super force maléfique abordée tout du long. Ce que je veux dire, c’est qu’il n’y a pas un personnage qui soit foncièrement mauvais. Ils peuvent être nocifs les uns pour les autres, mais n’apparaîtront jamais de cette façon aux yeux des lecteurices. Parce que c’est juste une poignée de différentes personnes, avec des points de vue différents sur la vie et des croyances différentes. Et ça m’a vraiment bluffée, parce que le message derrière ça est dingue. En soi, nous sommes tous et toutes sur la même échelle si ce n’était pour nos religions, nos croyances, le pouvoir, l’argent. Si on s’y mettait tous ensemble, en mettant tout ceci de côté, on pourrait faire quelque chose de grand. De beau. De Magestueux. Je ne pourrais même pas vous dire quel personnage est mon favoris. Peut-être Niclays Roos, parce qu’il fait tout ce qu’il fait par amour. Et ça, je le comprend si bien. Mais aussi parce que, comme tous les autres personnages, il n’abandonne jamais qui il est. La vie peut les saccager tant qu’elle veut, et ils vont changer – parce que c’est ce que les histoires font aux personnages – leur essence ne va pas bouger. L’essence d’Eadaz ne bougera pas, celle de Sabran non plus, Loth non plus, et Tané non plus.

Wow. Je pense que je vais m’arrêter là. Parce que si je continue il va vous falloir des jours pour y venir à bout. Le Prieuré de l’Oranger est un roman pour lequel vous aller faire le même deuil que pour une magnifique relation qui se termine soudainement, mais dans une entente commune. Parce que ça va faire mal, ça va vous manquer mais, au final c’est mieux comme ça. Et c’est bon. C’est parfait. C’est pas comme si j’avais passé la soirée à pleurer dans mon lit. Woops.

If you liked this, you might like:

If you want to support me and my work:

You can also buy me a coffee on Ko-Fi (here), I always need fuel to read and write all night ! Thank you so much for supporting me!

Un commentaire sur “Review | The Priory of the Orange Tree, Samantha Shannon

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s