Review | Where we go from here, Lucas Rocha

  • Reps: gay MCs, drag queen side character, gay side character, HIV positive MCs.
  • TWs & CWs: mention of sickness, forced disclosure.
  • VF: non disponible.
  • Niveau d’anglais: Facile-Intermédiaire.

Ian has just been diagnosed with HIV.

Victor, to his great relief, has tested negative.

Henrique has been living with HIV for the past three years.

When Victor finds himself getting tested for HIV for the first time, he can’t help but question his entire relationship with Henrique, the guy he has-had-been dating. See, Henrique didn’t disclose his positive HIV status to Victor until after they had sex, and even though Henrique insisted on using every possible precaution, Victor is livid.

That’s when Victor meets Ian, a guy who’s also getting tested for HIV. But Ian’s test comes back positive, and his world is about to change forever. Though Victor is loath to think about Henrique, he offers to put the two of them in touch, hoping that perhaps Henrique can help Ian navigate his new life. In the process, the lives of Ian, Victor, and Henrique will become intertwined in a story of friendship, love, and stigma-a story about hitting what you think is rock bottom, but finding the courage and support to keep moving forward.

Set in Rio de Janeiro, Brazil, this utterly engrossing debut by Brazilian author Lucas Rocha calls back to Alex Sanchez’s Rainbow Boys series, bringing attention to how far we’ve come with HIV, while shining a harsh light on just how far we have yet to go.
(via Goodreads)

Ian viens d’être testé positif au VIH.

Victor, a son grand soulagement, est négatif

Henrique, lui, vit avec le VIH depuis trois ans maintenant.

Quand Victor se retrouve à devoir être testé pour le VIH pour la première fois, il remet en question toute sa relation avec Henrique, le gars avec lequel il sortait. Le soucis? Henrique a révélé être positif uniquement après leur première relation sexuelle, et malgré toutes les précautions que Henrique a insisté de prendre, Victor est soucieux.

Victor rencontre alors Ian, un gars qui vient aussi se faire tester pour le VIH. Mais le test de Ian, lui, sort positif, et son monde s’apprête à changer pour toujours. Même si Victor n’a pas très envie de penser à lui, il lui propose de le mettre en contact avec Henrique, qui pourrait l’aider et l’accompagner pendant cette période. Leurs trois vies se retrouvent alors emmêlées entre amitié, amour et ressentiments. Mais ensemble, ils trouveront peut-être le moyen de continuer d’avancer.

Se déroulant à Rio de Janeiro, au Brésil, ce premier roman captivant par Lucas Rocha fait écho à la série Rainbow Boys d’Alex Sanchez, et porte notre attention sur les avancées faites sur le VIH, et mettant en lumière toutes les choses qu’il reste à faire.
(traduction personnelle)

My Review / Mon avis

Spoiler free

Since I’ve read Full Disclosure by Camryn Garrett (my full review here), I find myself very interested in the topic of HIV, and more specifically how it’s seen and lived depending on the countries. I was so happy to find this title on Scribd. I think it’s the first time I read a YA novel taking place in Brazil and I loved it. Made me discover some new music, and some new culture and it was very refreshing to discover more about this fantastic country I now want to visit.

What I truly loved about this book is how the subject is treated. The author gives three different points of view, and three very accurate ones. You have the guy living with the virus for years, he’s the one who went through the difficulties and the questionning and the hard times, the « wise » one sort. Then you have the guy who just got tested positive, he’s lost and scared and full of regrets and needs help. At last, you’ve got the guy who’s full of prejudices about HIV, who’s negative but blames the guy who could have given the virus to him.

The whole plot is based on conflicts and dialogues, and is mostly ran by the characters. It’s a very chatty story, and I have to admit all the quarrels were… A lot. The characters are always arguing about something and even if it’s fair, I didn’t really get the point of some of the arguments. Some of the conflicts got solved very easily and I found it kind of weird. But I guess it’s my screen-writing student self talking, I’m always looking for little details.

I couldn’t tell you if the whole HIV thing is accurate, since I’m not concerned, but it was very touching and seemed very… Well, real. The hate from people who don’t know shit, the regrets HIV positive people sometimes have and shouldn’t because what is done is done. There’s also a big part about how important it is not to stay alone and how precious finding people who understand you and your situation is. I loved the whole solidarity side of the story, and how the characters grow in less than 300 pages.

Last but not least, a very specific side of the LGBTQIA+ community is showed here, which is not showed very often in YA books: the drag community. It was a real plus to the book, since it brings so much light and love to a story sometimes led by fear and hate. One of the side characters is a drag queen and even if he’s a bit cliché at some point, he really adds something amazing to the whole plot.

Where we go from here is not a love story. It’s not several love stories either. It’s a book about friendship and acceptance and how your life can change from one second to another. It’s also a story of regrets and how you shouldn’t let them run your life, a story about choices and about being a teen and being gay and being hurt. But more than that, it’s a story about HIV, and I think it’s a very good and important one.

Depuis que j’ai lu Positive de Camryn Garrett (ma chronique ici), les histoires qui tournent autour du VIH m’intéressent grandement, et plus précisément comment le virus est vu et vécu selon les pays et les cultures. J’étais très heureuse de le trouver sur Scribd. Je pense que c’est le premier roman de young adult que je lis dont l’histoire se déroule au Brésil, et j’ai adoré. Cela m’a permis de découvrir plein de nouvelles choses et ça m’a fait vraiment de bien d’en découvrir plus à propos de ce pays que je veux maintenant visiter.

Ce que j’ai vraiment beaucoup aimé à propos de ce roman, c’est la manière dont le sujet principal – le VIH donc – est traité. L’auteur nous donne trois points de vue différents, et les trois sont vraiment très réalistes. Nous avons le gars qui vit avec le virus depuis un moment maintenant, celui qui a traversé les questionnements, les remises en questions, les regrets et le désespoir, c’est un peu la figure du « sage ». Puis vous avez celui qui vient tout juste d’être dépisté, qui est perdu et flippé et qui se noie sous les regrets, celui qui a le plus besoin d’aide en quelques sortes. Et enfin, vous avez le gars plein de préjugés sur le virus, qui est négatif mais en veut à la personne qui aurait pu lui transmettre le virus.

Toute l’intrigue est basée sur les conflits et les dialogues, et est très dirigée par les personnages. C’est un récit très verbeux, ce qui n’est pas très mauvais en soit, mais il y a une quantité astronomique de disputes et… Je pense qu’il y en avait un peu trop pour moi. Les personnages sont toujours en train de se prendre la tête et même s’ils soulèvent toujours des points importants, j’avais l’impression que certaines disputes ne menaient à rien. Il y a des conflits qui se règlent bien trop facilement et d’autres qui prennent une ampleur de dingue uniquement par la parole. Et des fois, ça me perdait légèrement. Je pense que c’est le côté étudiante en scénario qui parle actuellement, celle qui cherche la petite bête de partout. Donc c’est un point que je relève mais qui n’a absolument pas influencé mon appréciation.

Je ne pourrais pas vous dire si la représentation du VIH et compagnie est juste car je ne suis pas concernée mais tout paraissait si… Juste, et réel. La haine de certaines personnes qui n’y connaissent pas grand chose, les regrets que certaines personnes atteintes de VIH peuvent ressentir mais ne devraient pas parce que ce qui est fait est malheureusement fait. Il y a aussi toute une partie sur l’importance de ne pas rester seul.e et la valeur que trouver certaines personnes qui comprennent peut avoir. J’ai beaucoup aimé tout l’aspect solidaire de l’histoire, qui pousse les personnages a grandir en moins de 300 pages.

Et enfin, il y a une partie bien spécifique de la communauté LGBTQIA+ représentée dans ce roman, une partie que je vois rarement passer dans les romans de YA: la communauté Drag. Je pense que c’est un réel + pour l’histoire, puisque ça apporte de la lumière et de l’amour à cette histoire qui peut parfois être assez dramatique. Un des personnages secondaires est Drag Queen et même s’il est assez cliché sur certains points, il apporte vraiment quelque chose d’incroyable à cette histoire et toute l’intrigue.

Where we go from here n’est pas une histoire d’amour. Ce n’est pas plusieurs histoires d’amour non plus . Ce roman est une histoire d’amitié, d’acceptation et de changement dans nos vies. C’est aussi une histoire de regrets et du fait que personne ne devrait leur laisser le pouvoir de diriger une vie, une histoire de choix et d’adolescence et des peines que ça apporte. Mais surtout, ce livre est une histoire sur le VIH, et je pense qu’elle tape juste dans cette thématique.

About the author

Hi, all! First of all, thank you so much for the invitation to talk a little about me and WHERE WE GO FROM HERE! My name is Lucas Rocha, I’m currently 28 years old and I’m a Brazilian writer born in Rio de Janeiro, but currently living in São Paulo. By day, I’m a librarian who works at a public library spreading the bookish joy through my community; by night, I share my time writing new projects, obsessing over some TV shows, books, music and a little bit of videogame… you know, the usual stuff. I’m also very fond of going outside (oh, how I miss those days!) to do exercises, and I usually spend a lot of my free time just hanging out with my friends. I share an apartment with one of my agents, so there’s a lot of bookish talk day and night in our house. I struggle every day to decide if I’m a cat or a dog person, I love My Chemical Romance (so much that I have a tattoo of their last album cover on my leg), David Bowie and some Brazilian music that I would love to introduce to you, (just hit me up on twitter!). ONE HUNDRED YEARS OF SOLITUDE by Gabriel García Márquez is my all-time favourite book, just alongside TWO BOYS KISSING by David Levithan. I’m also vey fond of pão de queijo and carrot cake covered with brigadeiro, the two ultimate Brazilian foods.
(via The Nerd Daily)

Don’t miss my next posts ! / Ne loupez pas mes prochains articles !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s