Review | Only, Mostly Devastated – Sophie Gonzales

  • Reps: Gay MC, Bisexual hispanic side character, Bisexual side character.
  • TWs & CWs: outing, homophobic slurs, death of family member, cancer.
  • Buy it now: Amazon (don’t forget your local bookstore-s)
  • Niveau d’anglais: Facile.

Note : 4.5 sur 5.

Summer love…gone so fast.

Will Tavares is the dream summer fling―he’s fun, affectionate, kind―but just when Ollie thinks he’s found his Happily Ever After, summer vacation ends and Will stops texting Ollie back. Now Ollie is one prince short of his fairy tale ending, and to complicate the fairy tale further, a family emergency sees Ollie uprooted and enrolled at a new school across the country. Which he minds a little less when he realizes it’s the same school Will goes to…except Ollie finds that the sweet, comfortably queer guy he knew from summer isn’t the same one attending Collinswood High. This Will is a class clown, closeted―and, to be honest, a bit of a jerk.

Ollie has no intention of pining after a guy who clearly isn’t ready for a relationship, especially since this new, bro-y jock version of Will seems to go from hot to cold every other week. But then Will starts « coincidentally » popping up in every area of Ollie’s life, from music class to the lunch table, and Ollie finds his resolve weakening.

The last time he gave Will his heart, Will handed it back to him trampled and battered. Ollie would have to be an idiot to trust him with it again.

Right? Right.
(via Goodreads)

Un amour d’été… Rapidement disparu

Will Tavares est le coup parfait – il est drôle, affectueux, gentil- mais alors qu’Ollie est persuadé d’avoir trouvé la personne, les vacances d’été se finissent et Will arrête de répondre à ses messages. A présent, tout ce qui manque à Ollie pour terminer son conte de fée est son prince charmant. Et pour ne pas compliquer les choses, une urgence familiale l’oblige à changer d’école à la rentrée. Ce qui l’agace un peu moins quand il réalise que c’est le même bahut que fréquente Will… Sauf que le gars qu’Ollie découvre n’a rien à voir avec celui, le doux et fier et queer qu’il a fréquenté cet été. Ce Will-ci est le clown de la classe, fermé d’esprit – et, pour être honnête, un peu un connard.

Ollie n’a aucunement l’intention de courir après quelqu’un qui n’est clairement pas prêt pour une relation, surtout quand ce nouveau Will se révèle être un véritable mur de glace chaque semaine. Mais les résolutions d’Ollie ne vont pas tenir longtemps si Will n’arrête pas de faire irruption dans sa vie.

La dernière fois qu’il lui a donné son coeur, Will lui a rendu battu et abîmé. Ollie devrait être totalement idiot pour lui faire de nouveau confiance.

Non ?
(traduction personnelle)

Review

No spoiler

Oh my great goodness, there are so many things I have to say about this book I don’t know where to start. Sooo, let’s talk about the writing style, first. THIS is the kind of first-person narrative I looove to read. Why? Because it’s a teen who thinks like a teen. Meaning, you don’t have the impression to read what is happening in a forty years old head (I don’t judge you, people of forty, I swear). He’s got a lot of parasite thoughts and he thinks/spoke with swearwords – not much tho, he’s got a lot of personal expressions, which are hilarious.

This book is a coming-out story, but not really. Ollie, the main character, is gay, and… He is out. It’s the coming-out story of his kind-of-boyfriend. So, like I said, the book itself is not really a coming-out story. It was highly interesting to discover this kind of plot from a different point of view and how being in a relationship with someone in the closet can be hard. But we never forget how even harder it is for the person who’s still not out yet, and I loved that. It is a story of nuance and balance and about how we’re all a little selfish when it comes to love. Ollie himself is, like all of us. He’s not a perfect character, he has faults and issues and that is what makes him feel so real.

« Sure, you can forgive someone for hurting you by accident, right? But if they keep accidentally ripping your heart out over and over again, doesn’t mean they’re terrible people, but it probably means you’re better off getting to a distance where they can’t keep doing that. »

We’re following a bunch of characters toward this story, and I think it’s safe to say they’re all protagonists in their own ways. They all have their stories and their issues and their lives, which give the book a new and unexpected intensity. There are the straight cis men who don’t think bad but say clumsy stuff, the always supportive friends, the flawed family… And there’s this character I found amazing. Lara. She’s a bisexual woman and what I love the most about her is the way the author uses her presence to share thought and issues every bi/pan people have. The fact we’re considered straight if we date someone from the opposite gender, or gay if we date someone from the same gender. (which we are not, we’re still bisexual and pansexual either way, get used to it.). But more importantly, the author talks about something a lot of us struggle to admit we feel: the guilt. Yup. This feeling we have to not do the right thing toward the LGBTQIA+ community half of the time. And it felt good to be represented this way.

When I think this book has the most accurate and powerful bi representation I’ve ever read, it also has a wonderful gay representation. Since the main character is already out, he has to deal with different issues than someone still in the closet. Including the fact a gay man (cis in this story, but I’m sure it’s even worst for trans gay men) will never fully be considered as a man by cis straight men. Like, he won’t always be included in boys stuff and it’s rare to see this problematic highlighted in books.

« […] because in stories guys fight. They fight for the person they care about, and they don’t give up, ever. In real life, though, sometimes you beg for them to care, and they just don’t. »

Only, Mostly Devastated is a book about the fear of not being loved back. Of not being enough for someone, for anyone. But it’s also a wonderful story about friendship and acceptance and acknowledging when we do something bad. It’s a warm and cute and funny story that also succeed in breaking your heart in a million pieces. I highly recommend it if you like Becky Albertalli’s work, because it kind of have the same mood to me!

Mon avis

Sans spoiler

Olalala, il y a tellement de choses que je veux dire sur ce roman que je ne sais même pas par où commencer. Alooors, attaquons avec l’écriture, car c’est la première chose qui me vient en tête. Voici le genre de narration à la première personne que j’adore. Pourquoi ? Parce que c’est un ado qui pense comme un ado. On n’a pas l’impression de lire ce qui se passe dans la tête d’un.e quarantenaire (je n’ai rien contre ce qu’il se passe dans votre tête, les quarantenaires, mais vous voyez ce que je veux dire). Ollie – c’est son nom – a beaucoup de pensées parasite et OH MON DIEU, il dit des gros-mots. Si, je vous jure. Pas beaucoup, car il utilise pas mal d’expressions personnelles qui sont hilarantes, mais quand même, ça fait du bien.

Ce livre est une coming-out story, mais pas vraiment. Le personnage principal est gay et… Il est déjà sorti du placard. Nous suivons en fait le coming-out de son presque-petit-ami. Donc, comme je l’ai dit, le bouquin en lui-même n’est pas une histoire de coming-out. Et ce fut très intéressant de suivre ce genre d’histoire d’un autre poing de vue et de voir à quel point être dans une relation avec une personne qui est toujours dans le placard peut-être difficile. Mais à aucun moment on oublie que c’est tout aussi dur – voir plus – pour la personne concernée, et j’ai adoré cet aspect du roman. C’est une histoire faite de nuance et d’équilibre qui nous montre à quel point on peut tou.te.s être égoïstes quand il est question d’amour. Ollie l’est, comme tout le monde. Ce n’est pas un personnage parfait, il a ses défauts et ses problèmes, et ça le rend tellement réel que j’avais l’impression de rencontrer une vrai personne qui se révélait à moi.

On suit tout un groupe de personnages, et je pense qu’en plus d’être des personnages, ils sont tous des protagonistes de cette histoire, chacun.e de leur façon. Ils ont tou.te.s leurs histoires et leurs vies et leurs problème et ça donne vraiment une intensité nouvelle au roman. Il y a ces mecs cishets qui disent des choses maladroites par manque d’informations, ce groupe d’ami.e.s sur lequel on peut toujours compter, une famille un peu cassée…. Puis il y a cette personnage que j’ai trouvé vraiment incroyable, Lara. C’est une jeune femme bisexuelle et j’adore la manière dont l’autrice utilise sa présence pour exposer des problèmes et des pensées qu’énormément de personnes bi/pan ont. Le fait que, par exemple, nous soyons considéré.e.s comme hétéros si nous sortons avec une personne du genre opposé, et comme gay/lesbiennes si nous sortons avec une personne du même genre. (ce qui n’est absolument pas le cas. Nous restons bi/pan dans n’importe quelle situation, faut vous y faire.) Mais encore mieux et tout aussi important, l’autrice parle d’une chose dont beaucoup d’entre nous n’osons pas souvent parler: la culpabilité. Celle qui arrive avec l’impression de ne pas faire les bonnes choses vis-à-vis de la communauté LGBTQIA+. Et ce fut incroyable de me sentir représentée de cette manière.

Si ce livre a la meilleure représentation bi que j’ai pu lire, la représentation gay n’est pas en rade. Puisque le personnage principal est déjà out, il n’a pas les mêmes problématiques qu’une personne qui ne l’est pas. Notamment le fait qu’un homme gay (cis dans cette histoire, mais ça doit être encore pire pour les hommes trans, vous avez tout mon soutien) n’est jamais considéré à 100% comme un homme par les hommes cishets, qu’il n’est pas toujours inclut quand il est question de choses dites masculines. Et cette problématique (qui, à ce que j’ai compris n’en est pas une pour tout le monde, mais je ne peux pas vraiment me prononcer sur la question – je ne suis pas concernée) est vraiment bien dépeinte dans cette histoire.

Only, Mostly devastated est un roman sur la peur de ne pas être aimé.e en retour, celle de ne pas être assez pour quelqu’un. Mais c’est aussi une magnifique histoire sur l’importance de l’amitié et de l’acceptation et de reconnaître quand on fait des erreurs. C’est réconfortant, et frais et drôle, mais elle va aussi vous briser le cœur en un million de petits morceaux. Je vous le recommande beaucoup si vous aimez le travail de Becky Albertalli !

About

Sophie Gonzales writes Young Adult queer rom coms with memorable characters, biting wit and endless heart.

She is the author of The Law of Inertia, which released 2018 with Amberjack Publishing. Her debut YA rom-com, Only Mostly Devastated, is slated for Winter 2020 through Wednesday Books / Macmillan.

When she isn’t writing, Sophie can be found ice skating, performing in musical theatre, and practicing the piano. She currently lives in Melbourne, Australia where she works as a psychologist. She is represented by Moe Ferrara of Bookends Literary Agency.
(via Goodreads)

Her other books

Click the pictures to access the Goodreads page of each book.

Don’t miss my next posts ! / Ne loupez pas mes prochains articles !

2 commentaires sur “Review | Only, Mostly Devastated – Sophie Gonzales

Répondre à Lectrice discrète Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s