Review | The Past and Other Things that Should Stay Buried

  • Reps: Gay MC, transgender Gay side character, mlm.
  • TWs: death, blood, loss / mort, sang, deuil.
  • VF: non disponible.
  • Niveau d’anglais: intermédiaire.

Note : 4 sur 5.

A good friend will bury your body, a best friend will dig you back up.

Dino doesn’t mind spending time with the dead. His parents own a funeral home, and death is literally the family business. He’s just not used to them talking back. Until Dino’s ex-best friend July dies suddenly—and then comes back to life. Except not exactly. Somehow July is not quite alive, and not quite dead.

As Dino and July attempt to figure out what’s happening, they must also confront why and how their friendship ended so badly, and what they have left to understand about themselves, each other, and all those grand mysteries of life.
(via Goodreads)

Un bon ami vous enterrera, un encore meilleur ami vous sortira de terre.

Passer du temps avec la Mort ne dérange pas Dino plus que ça. Ses parents tiennent une maison funéraire, et la mort est pour ainsi dire leur gagne pain. Il n’a juste pas l’habitude que les morts lui répondent. Jusqu’à ce que son ancienne meilleure amie, July, meurt soudainement – et revienne à la vie. Sauf que, pas vraiment. Pour une raison inconnue, July n’est ni vivante, ni morte pour autant.

Alors que Dino et July essayent de comprendre ce qu’il se passe, ils doivent aussi se confronter aux raisons qui ont brisé leur amitié, et ce qui leur reste à apprendre sur eux-même, mais aussi tous les grands mystères de la vie.
(traduction personnelle)

My review / Mon avis

Non-spoilery / Sans spoiler

When I read the synopsis of this book, I swear I dropped my current read to start listening to it, and what a ride ! First of all, I need to say: I adored Candace Thaxton on this one. It’s the first time I listen to an audiobook she narrates and her voice man, if I wasn’t already pan, it would have make me gay – yes, you can judge me. Anyway, the audiobook was very great, the chapters are short and the story is so dynamic it took me about two days to finish it.

Here, the author reinvents – kind of – the concept of the zombie, and I loved it. There’s this girl who wakes up from the dead, there’s this guy who freaks out and then they need to make it work somehow. Even if they kind of hated each other before the girl died, but no big deal right? I mean, the whole person who can’t die because they have something left to do in life trope is not new, but the way Shaun David Hutchinson did it was. At least, it felt like it.

« Grief isn’t loud. Grief is quiet. »

I love it when characters hate each other for some reason, but not really. Like when, deep down, the only thing they feel is affection for the other but they don’t know how to show it and all they do is talking trash to each other. And not in a romantic way – I mean, I love the enemies-to-lovers trope, but this is not one. That’s another thing I loved about this book: it isn’t a romance. It’s all about friendship and how life separates people sometimes and how to fix our mistakes and accept people changing. But what I love the most about this story it’s how the author uses a very original way – I mean, a walking corpse y’all – to deliver universal fears and messages. The characters are basically scared to be left alone, to be abandoned, to lose themselves. And… I don’t know, isn’t it something we all fear once in our life?

It’s a story developed around its characters and not around the plot, which is surprising when the plot is something as huge as this. The way it’s written, we quickly accept the fact that this girl is not dead and not alive and we understand the Why is not important. Because what matters at the end are the characters and their shared story and the way they understood stuff about themselves. They grow from page one to the end, they accept that the world and the people around them are not still, and they learn how to move alongside them. For me, it’s basically how you start to live, you know? All it takes is a dead girl to show the guy he was barely alive. Deep.

Okay, yes, July is kind of an asshole. But she’s supposed to be. She’s supposed to represent all the things we do wrong when we mean to do right. She represents people who don’t know what will happen but who try anyway. People who don’t care what others think. People who know what they want and would do anything to get it. Which is ironical, when you know she’s the dead one, the one who isn’t supposed to be wanting anything at the moment. Also, she has some homophobic moments that I believe every uninformed straight people have but she apologies for it at the end, and I think it’s what matters the most. Because people will always remember the bad stuff you did to them if you don’t make up for it. If you do, they’ll remember it, the fact they matter enough for you to admit you were wrong.

« Don’t ever apology for being happy, Dino. Not to me. Not to anyone. »

Anyway, I should stop getting philosophical when I write my reviews down, but I can’t help it. I love to over-analyse everything. My bad. I do believe there’s meaning and hidden messages behind every story and this one has plenty. I think there’s a lot of love and forgiveness behind this story, but also a message to not be always too hard on ourselves. Dino gets lost in his life, in what he wants. He gets lost because he’s too scared to speak up by fear of judgement or commitment. And all he needs to see that he’s not fully alive is his dead best friend and I find it amazing.

The Past and other things that should stay buried isn’t a story about what we leave behind for others, but about what we’d done for ourselves. It’s about being true to people we love and honest with ourselves. It’s about finding our way in life, but with a dead girl and a lost guy working in a funeral home. Shaun David Hutchinson uses absurdity to tell a story with deep meanings and universal messages, and I think it’s a beautiful way to do so.

  • Read it now: audibleamazon (don’t forget to check your local bookstores !)

Quand j’ai lu le synopsis de ce roman, je vous promet: j’ai lâché ma lecture en cours pour l’écouter, et quel voyage! Déjà, avant toute chose, je dois le dire; j’ai adoré Candace Thaxton dans ce bouquin. C’est la première fois que j’écoute un audiobook pour lequel elle est narratrice et sa voix… Disons que si je n’avais pas été pan, ça m’aurait fait changer de bord – jugez moi. En parlant de l’audiobook, il était vraiment sympa à écouter, les chapitres sont cours et c’est tellement dynamique qu’il ne m’a fallut que deux jours pour finir le roman.

Ici, l’auteur réinvente en quelques sortes le concept du zombie, et j’ai vraiment beaucoup aimé. Il y a cette fille qui se réveille d’entre les morts, ce gars que ça effraie mais ils doivent quand même essayer de bosser ensemble. Même s’ils se détestaient avant que la fille meurt, mais rien de bien compliqué, non ? Le trope de la personne ne meurt pas parce qu’elle a encore des trucs à faire du Terre n’est pas nouveau, loin de là, mais la manièr dont l’auteur l’utilise l’est. Du moins, c’est ce que j’ai trouvé.

J’adorequand les personnages d’un roman se déteste pour de bonnes raisons, mais pas vraiment. Quand, au fond d’eux, tout ce qu’ils ressentent est de l’affection pour l’autre mais qu’ils ne savent pas le montrer alors ils passent leur temps à se crier dessus. Mais sans que ce soit une romance, même si j’adore le trope d’enemies-to-lovers, ici ça n’en est pas un. C’est une autre chose que j’ai beaucoup aimé dans ce roman: il n’y a pas d’histoire d’amour entre les deux protagonistes principaux. C’est uniquement une grande amitié et comment la vie peut séparer les gens, et comment réparer nos mistakes et accepter le changement chez les gens qu’on aime. Mais la chose encore plus cool, c’est que l’auteur utilise une histoire vraiment originale – je veux dire, on a quand même un cadavre ambulant hein – pour délivrer des peurs et des messages universels. Parce qu’au final, les personnages ont simplement peur de se retrouver seul.e.s et abandonné.e.s, n’est-ce pas une chose que nous ressentons tous au cours de nos vies ?

C’est une histoire développée autour de ses personnages, et pas son intrigues, aussi grosse que l’intrigue puisse être.La façon dont c’est écrit, on accepte rapidement le fait qu’une de nos protagoniste n’est ni morte ni vivante et que le pourquoi n’est pas vraiment important. Au final, tout ce qui compte, ce sont les personnages et leur histire commune, et le fait qu’ils apprenent des choses sur eux-mêmes. Il grandissent du début à la fin du roman et acceptent que le monde et les gens autour d’eux sont en constant mouvement, pour apprendre à suivre leur danse. Pour moi, c’est de cette manière que l’on commence à vivre, vous voyez ce que je veux dire ? Tout ce qui a fallut à DIno pour comprendre qu’il n’était pas vivant est sa meilleure amie morte. C’est profond.

Okay, d’accord, July est quand même un peu une connasse sur les bords. Mais elle est supposée l’être. Elle représente toutes les choses que l’on fait mal avec de bonnes intentions. Elle représente ces gens qui ne savent pas ce qui va se passer mais tentent tout de même leur chance. Les personnes qui n’ont pas peur d’agir malgré le regard des autres. Elle est courageuse. Oui, elle a des moments d’homophobie comme tous les hétéros non-informés en ont, mais l’important est justement qu’elle se rende compte où elle a tord et où elle blesse, pour pouvoir s’en excuser, ce qu’elle fait. Et ce message est très important, parce que les gens vont toujours se souvenir du mal que vous leur avez fait, si vous ne vous excusez pas. A partir du moment où vous reconnaissez vos fautes, c’est ça qui va rester dans leurs têtes, par qu’ils auront été assez importants pour vous pour que vous vous remettiez en question.

Je devrais vraiment arrêter de partir dans de grands discours philosophique à chaque fois que j’écris une chronique, mais je ne peux pas m’en empêcher. J’adore sur-analyser tout ce que je lis. Je pense que toutes les histoires cachent des sens et des messages derrière leurs mots, et celle-ci en a une belle brochette. Pour moi, il y a beaucoup d’amour et de pardon derrière ce récit, mais aussi une incitation a ne pas toujours en demander trop à nous-même. A apprendre nos limites. Dino se perd au milieu de sa vie, il se perd dans ce qu’il veut. Tout ça parce qu’il a peur du jugement, ou de trop s’investir. Et tout ce qu’il lui a fallut pour s’en rendre compte est une personne qui n’aura plus la possibilité de faire quoi que ce soit, et je trouve ça incroyable.

The Past and other things that should stay buried n’est pas une histoire sur ce qu’on va laisser dans le monde après notre mort, mais plutôt ce qu’on a fait pour notre propre bonheur pendant notre vivant. C’est une histoire qui pousse à être vrai envers les gens et honnêtes envers nous-même. C’est à propos de trouver notre voie, une fille morte et une maquilleur de cadavres en plus. Shaun David Hutchinson se sert de l’absurdité de son histoire pour nous racontre quelque chose avec beaucoup de sens et des messages universels, et je pense que c’est une tès belle façon de le faire.

The author

About

Shaun is a major geek and all about nerdy shenanigans. He is the author of many queer books for young adults. Find out more information at shaundavidhutchinson.com. He currently lives in Seattle and watches way too much Doctor Who.
(via the author’s Goodreads Page)

Some of his other works

Don’t miss my next posts ! / Ne loupez pas mes prochains articles !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s